• Noir LinkedIn Icône
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2020 by NoArtist

La technologie

Comment ça marche ?

Nous utilisons des algorithmes reposant sur l’intelligence artificielle, donc capables de simuler des fonctionnalités du cerveau humain, comme le raisonnement ou, dans notre cas, l’apprentissage.

 

L’idée est de fournir à la machine des milliers d’exemples de peintures pour un sujet choisi. Elle reconnaît les caractéristiques communes des œuvres, comprend alors les « codes » attendus, et peut alors générer des créations originales.

 

Une fois les œuvres numériques créées, nous faisons appel à un imprimeur pour en faire des tirages en séries limitées – comme pour la photographie – et à un encadreur pour mieux les mettre en valeur.

la generation

Nous commençons par réunir un grand nombre d’images, par exemple de portraits d’hommes ou de femmes avec un cadrage similaire. Pour un thème donné, nous travaillons en moyenne avec une banque de 1000 à 10000 images.

L’étape de génération fait ensuite intervenir deux modules, dont nous maitrisons les paramètres : un module élève (le générateur) et un module professeur (le discriminateur), qui vont itérer et progresser ensemble. Tel un apprenti peintre, le générateur produit des œuvres, au début composées de pixels aléatoires, et les soumets à son professeur. Tel un critique d’art, le discriminateur note les performances du générateur, en essayant de différencier les oeuvres générées artificiellement des oeuvres de référence et en les notant en fonction de leur proximité par rapport à celles-ci. Le générateur-élève corrige alors ses créations en fonction des critiques du discriminateur-professeur.

 

En théorie, l'algorithme s'arrête quand le générateur crée des portraits si réalistes que le générateur les confond avec les tableaux de référence. En pratique, il est difficile d'atteindre ce stade.

Du numerique au physique

Nous sélectionnons ensuite parmi les œuvres générées celles que nous souhaitons imprimer. Nous les nommons et proposons une interprétation pour chacune d’entre elles.

Nous nous assurons ensuite de l’unicité du fichier par l’utilisation d’un certificat d’authentification blockchain. Nous choisissons un support adapté au contenu de l’œuvre (papier, plexiglas ou aluminium pour l’instant) et nous l’imprimons après avoir ajouté notre signature et le numéro de l’édition (éditions limitées de 1 à 8 exemplaires selon le format).

 

Une sélection de nos œuvres est disponible sur notre site.